Attention

Ce site web n'est pas optimisé pour votre fureteur.

Nous vous recommandons de télécharger une version plus récente

d'Explorer ou d'installer Firefox ou Safari sur votre ordinateur.

Merci de votre compréhension.

 
Écouter 1 Love Me 04:03
Écouter 2 À jamais 04:01
Écouter 3 Sauve-moi 03:25
Écouter 4 Un peu d'innocence 05:00
Écouter 5 Mon univers 03:47
Écouter 6 Retrouvée 03:25
Écouter 7 Salut les amoureux 04:31
Écouter 8 Tellement 03:47
Écouter 9 En amour pour toujours 03:54
Écouter 10 Aranjuez, mon amour 05:14
Écouter 11 Mon dernier slow 04:14


lettrine_q

Qu’il s’agisse de sa carrière d’auteur, de compositeur, d’interprète, de comédien, d’animateur, de producteur et même d’acrobate, quelques mots suffisent pour résumer l’homme d’exception qu’est Donald Lautrec : charisme, intensité, intégrité, détermination et passion. Avec de telles cordes à un arc, il n’est pas étonnant qu’il ait eu un parcours professionnel aussi rempli qu’unique.

Mais avant de devenir cette vedette adulée par les jeunes, cette véritable idole dune génération, cette star capable de conquérir tous les auditoires, Donald Lautrec a surmonté un à un les défis qui se sont présentés sur son chemin. Il a su, avec un talent indéniable, établir résolument et patiemment les fondations d’une carrière solide et durable.

À cet égard, la rencontre avec Yvan Dufresne, au début des années 1960, est déterminante et lui permet de se faire connaître peu à peu par un public qui ne cessera de s’élargir. Son physique de jeune premier et son répertoire de chansons rythmées telles Loop de loop, C’est le ska et Manon, viens danser le ska, ne sont d’ailleurs pas étrangers à l’engouement dont il fait de plus en plus l’objet.

C’est ainsi que sur la route qui le conduit progressivement au firmament des célébrités, il tient l’affiche de nombreux cabarets pendant plusieurs mois d’affilée, est honoré du titre de Révélation masculine de l’année au Gala des artistes et de Chanteur de l’année au Festival du disque, fait des sauts occasionnels en France où il participe à des émissions de télé et de radio, est choisi comme interprète d’Un jour, un jour, la chanson-thème de l’exposition universelle de 1967, part en tournée en France avec Nana Mouskouri l’année suivante, et se voit remettre, à son retour, un trophée au Gala des artistes pour ses succès à l’étranger.

Fort de ces expériences et d’un vécu riche en réalisations, Donald Lautrec se lance dans l’animation télé et connaît un vif succès avec son émission de variétés hebdomadaire Donald Lautrec Chaud. Il tourne également dans quelques films, dont l’inoubliable Deux femmes en or. Parallèlement à cette nouvelle carrière d’animateur et d’acteur de cinéma, il n’en continue pas moins de poursuivre celle d’auteur-compositeur-interprète à la différence près que l’image de chanteur yé-yé a laissé la place à celle d’un chanteur plus rock, notamment avec les succès Éloïse, Alléluia et Hosanna.

L’album Fluffy, lancé au début des années 1970 et constitué entièrement de chansons originales d’auteurs québécois, confirme ce tournant. En effet, si Donald Lautrec s’est davantage fait connaître par des adaptations de pièces anglophones, il veut montrer que son parcours s’inscrit de plus en plus dans un courant québécois.

Les années suivantes le verront cependant se retirer progressivement des projecteurs, lui qui ne revient brièvement sur scène que pour le spectacle rétro les 3L (Louvain, Lautrec et Lalonde). Ses priorités tournent désormais autour d’une série d’émissions de variétés qu’il animera à la télévision de Radio-Canada pendant quatre ans (Lautrec 81, 82, 83 et 85). Et s’il lance un nouvel album en 1981, il préfère se consacrer à la conception et à production de quiz télévisés dont Le Québec à la carte, Charivari, Action-Réaction, La roue chanceuse (qu’il a animée) et Jouez double, etc.

Retiré des feux de la rampe, un artiste n’en demeure pas moins un artiste. Et si les apartés dans d’autres domaines que celui qui l’a fait connaître ont semblé prendre beaucoup de place dans la vie de Donald Lautrec, ils n’ont rien enlevé à la passion véritable et profonde qu’il éprouve depuis toujours pour le métier de chanteur.

Et en 2009, c’est un Donald Lautrec plus grand que nature qui se remet à la chanson dans un retour aussi inespéré qu’inattendu, aussi inspiré qu’inspirant, aussi éclairé qu’éclairant.

L’album s’intitule Lautrec à jamais. Jamais comme dans jamais vraiment tout à fait parti…



Junior Bombardier
junior.bombardier@musicor.quebecor.com
1 (514) 849-6206 poste 25310

Relations de presse et promotion

Pierre Pagé
pierre.page@musicor.quebecor.com
1 (514) 849-6206 poste 25262

Spectacles

Les disques Musicor
www.musicor.ca
1 (514) 849-6206

Maison de disques

Éloïse

Loop de loop

Un jour un jour